Journée mondiale du jeu vidéo

Le saviez-vous ?

Cette journée a été lancée en 2010 à l’initiative de l’association Loisirs Numériques.
Pas une, mais trois journées !
Depuis quelques temps, les journées mondiales du jeu vidéo ne sont plus une mais trois selon l’AFJV (Agence française pour le jeu vidéo), étalées tout au long d’un week-end. Pour 2019, elles durent ainsi du 22 au 24 novembre.
Chacun est libre de célébrer le jeu vidéo comme bon lui semble : jouez chez vous, entre ami(e)s, en famille, parlez des jeux vidéo autour de vous, participez à des concours, à des événements… Durant ce week-end de novembre, le jeu vidéo est à la fête pour le bonheur de tous.
Journée des droits de l’enfant

Le saviez-vous ?

Il y a 28 ans, l’ONU adoptait à l’unanimité que les droits de chaque enfant du monde étaient désormais reconnus par un traité international, ratifié par 195 états. Cette Convention définit une liste des droits de l’enfant tels que le droit à la vie, le droit à la santé et à l’éducation, le droit de jouer, le droit d’avoir une vie de famille, le droit d’être protégé de la discrimination et de la violence, et enfin le droit de faire entendre sa voix.

Bonne fête de l’Armistice
le saviez-vous ?
Un armistice est une convention signée par plusieurs gouvernements mettant fin à des hostilités entre armées en temps de guerre.
Le 11 novembre est un jour férié en France (jour du Souvenir depuis la loi du 24 octobre 1922 ). Une cérémonie est dès lors organisée dans chaque commune pour commémorer ce jour.
Bonne fête d’Halloween

Halloween est une fête très populaire dans les pays anglo-saxons.

Son folklore et ses traditions séduisent également de plus en plus d’enfants français. Déguisés en monstres , sorcières et autres créatures maléfiques, ils vont en bandes sonner aux portes pour recevoir des bonbons.

Facebook représenterait un “danger pour la santé publique

Le rapport met en lumière la désinformation sur les sujets liés à la santé sur la plateforme web. En 2020, les fausses informations liées à la santé publique comptabilisent près de 3,8 milliards de vues. Les journalistes mentionnent logiquement un pic au moment de la crise du Covid-19. Selon Facebook les résultats de cette étude ne “reflètent pas les mesures prises”. Un pore-parole a déclaré ceci :

“Nous partageons l’objectif d’Avaaz de limiter la désinformation. Grâce à notre réseau mondial de vérificateurs de faits, d’avril à juin, nous avons apposé des étiquettes d’avertissement sur 98 millions de pièces de désinformation sur Covid-19 et retiré sept millions de pièces de contenu qui pourraient entraîner un préjudice imminent. Nous avons dirigé plus de deux milliards de personnes vers les ressources des autorités sanitaires et lorsque quelqu’un essaie de partager un lien sur Covid-19, nous lui montrons une fenêtre contextuelle pour le mettre en contact avec des informations crédibles sur la santé”.

Selon les résultats de l’étude d’Avaaz, seulement 16% des fausses informations publiées sur le réseau social jouissaient d’une étiquette d’avertissement sur le caractère trompeur du message. Les informations erronées auraient quatre fois plus de vues sur Facebook que les informations provenant de sites officiels, tels que l’Organisation mondiale de la santé. C’est un constat très inquiétant que fait Avaaz. Plusieurs dizaines de pages publiques ont partagé de fausses informations. Le groupe Avaaz estime que près de 28 millions de personnes suivent ces pages.

 

https://bit.ly/323hZvy