L’Etat de New York veut interdire la reconnaissance faciale dans les écoles jusqu’à 2022

LE MORATOIRE DOIT ÊTRE SIGNÉ PAR LE GOUVERNEUR
Le projet de loi, qui doit encore être signé par le gouverneur, Andrew Cuomo, est une réponse à l’installation de dispositifs de reconnaissance faciale par le district scolaire de la ville de Lockport. D’après Venture Beat, il s’agit du premier Etat américain à vouloir réglementer l’usage de cette technologie spécifiquement dans les établissements scolaires.

En janvier dernier, les écoles de Lockport sont devenues parmi les premières aux Etats-Unis à adopter la reconnaissance faciale dans tous les établissements de la maternelle au lycée, qui accueillent environ 5000 élèves. Cette technologie, conçue par le Canadien SN Technologies,  permet d’assurer la sécurité des écoliers en détectant la présence d’individus dangereux. Elle peut également repérer la présence d’armes à feu et alerter le personnel administratif et les forces de l’ordre. Elle coûte 1,4 million de dollars.

 

https://bit.ly/3kOyHr0

L’utilisation de la reconnaissance faciale par les forces de l’ordre britannique jugée illégale

L’utilisation d’une technologie de reconnaissance faciale automatique par la police du pays de Galles du Sud a été jugée illégale. Une Cour d’Appel s’est prononcée mardi 11 août 2020 sur cette question suite à un recours déposé par le militant des droits de l’Homme Ed Bridges, selon la BBC. L’homme conteste l’usage fait par les forces de l’ordre de cette technologie depuis 2017. Il avait été débouté en première instance.

61 ARRESTATIONS GRÂCE À LA RECONNAISSANCE FACIALE
La technologie AFR utilisée par les forces de l’ordre au pays de Galles du Sud permet de scanner les visages des gens présents dans une foule. Puis, ces visages sont comparés à une liste de personnes surveillées comprenant des suspects, des personnes disparues ou présentant simplement un intérêt. La police assure avoir réalisé 61 arrestations grâce à la reconnaissance faciale.

Le plaignant affirme que pouvoir être identifié avec des technologies de reconnaissance faciale engendre du stress. Ed Bridges parle d’une “technologie de surveillance de masse intrusive et discriminatoire”, poursuit la BBC. Il assure que ces outils ne doivent pas être utilisés sans avoir recueilli le consentement des personnes. Si la Cour d’appel lui donne en parti raison, son arrêt est mitigé.

BESOIN D’ENCADRER L’USAGE DE LA RECONNAISSANCE FACIALE
“La mise à l’épreuve de notre technologie révolutionnaire par la Cour est une étape bienvenue et importante dans son développement, a commenté auprès de la BBC Matt Jukes, un responsable de la police. Je suis sûre que nous pouvons travailler à partir de ce jugement”. Les juges ne semblent pas s’opposer purement et simplement à l’utilisation de la reconnaissance faciale mais demandent à ce que son usage soit encadré.

https://bit.ly/2E6iWLs

Amazon corrige une vulnérabilité de son assistant vocal Alexa.

Attention aux « méga-plateformes numériques »
« Alexa nous préoccupait depuis déjà un certain temps, étant donné son omniprésence et sa connexion à d’autres dispositifs de l’Internet des objets. Ce sont ces méga-plateformes numériques qui peuvent nous faire le plus de mal », a-t-il mis en garde.
Les chercheurs de Check Point Research ont découvert des défauts dans l’infrastructure technique d’Amazon qui permettait à des pirates, en faisant cliquer leur victime sur un lien malveillant, de se faire passer pour elle auprès d’Amazon. Cela leur permettait, écrivent les chercheurs, « de supprimer-installer des compétences sur le compte Alexa de la victime ciblée, d’accéder à son historique d’échanges vocaux et à ses données personnelles », notamment l’historique des données bancaires, les numéros de téléphone ou l’adresse du domicile.

https://bit.ly/3iQd8Vb

Biennale de Bucarest : après le robot journaliste ou artiste, le robot curateur

Alors que le neuvième rendez-vous roumain se tenait en ligne le 28 juin, un androïde en sera le curateur en 2022, lors de la dixième édition. Une nouvelle percée de l’intelligence artificielle dans un monde de l’art.

 

Dans le monde d’avant la pandémie de Covid-19, les commissaires d’exposition sautaient d’un avion à l’autre. Redoutés, critiqués mais respectés, ils enchaînaient les visites d’ateliers, tissant des complicités avec certains artistes, créant attentes et frustrations chez les autres. Interdits de long-courriers, les jet-curateurs ont dû renoncer à leurs voyages et se sont initiés, comme tout le monde, aux réunions Zoom, en espérant bientôt retrouver l’expérience de l’œuvre, l’intimité avec les créateurs et, plus encore, leur magistère.

L’annonce faite par la très confidentielle Biennale de Bucarest, dont la prochaine édition se tient en ligne ce 28 juin, est toutefois un mauvais signal pour cette profession : le curateur de son édition 2022 sera un androïde. Conçu par le laboratoire autrichien Spinnwerk et baptisé Jarvis, du nom du majordome virtuel du super-héros Iron Man, il sera opérationnel fin 2021.

 

 

« Il faut repenser l’intelligence artificielle et déterminer ce qui pourrait la rendre plus utile pour faire face à des situations analogues au Covid-19 »

Pour un événement inédit ou extrêmement rare, l’IA est impuissante car elle n’a pas vu suffisamment de données historiques pour « apprendre ». Ensuite, l’IA ne « comprend » pas ce qu’elle prédit et l’expertise requise dans une situation aussi critique que la pandémie, qui est celle des infectiologues ou épidémiologistes, lui fait défaut.

Plus transparente

Toutefois, des solutions dites d’IA « hybride » voient progressivement le jour, qui consistent à enrichir un modèle d’apprentissage machine de connaissances et règles logiques lui permettant de mieux appréhender des situations nouvelles avec un nombre moins important de données.

 

https://bit.ly/34mU799

Quels sont les emojis les plus utilisés durant la crise du coronavirus 🥺 ?

Pendant la crise de Covid-19, Emojipedia a dessiné la carte de nos sentiments, en analysant l’usage et la tonalité des emojis sur 68 millions de tweets. Les expressions heureuses 😀 restent proportionnellement les plus importantes, mais elles diminuent de 5,63%. Au profit de visages plus ambigus qui viennent raconter nos doutes.

 

🥺 L’usage du visage suppliant a augmenté de 80%

 

Le classement des emojis les plus utilisés au cours de cette période reste globalement positif, mais on voit se faufiler les visages du doute et de l’espérance dans le podium de tête. Avec ce bond de 80% du visage implorant et l’augmentation de 25% des mains jointes, 🙏, qui malgré une modeste huitième place, devient l’un des émoticônes clés de la crise.

  1. 😂 Face with Tears of Joy
  2. 😭 Loudly Crying Face
  3. 🥺 Pleading Face
  4. 🤣 Rolling on the Floor Laughing
  5. ❤️ Red Heart
  6. ✨ Sparkles
  7. 😍 Smiling Face with Heart-Eyes
  8. 🙏 Folded Hands
  9. 😊 Smiling Face with Smiling Eyes
  10. 🥰 Smiling Face with Hearts
  11. 👍 Thumbs Up
  12. 💕 Two Hearts
  13. 🤔 Thinking Face

https://bit.ly/38WCRYj