Comment les entreprises non digitalisées ont-elles été impactées par la crise ? Quelles solutions digitales implémenter pour anticiper l’avenir ? L’analyse de Yasmina Hachemi, Chef de Produit Marketing chez Quadient France.

Des prix en hausse de + 1,4 % 1 au niveau national, un nombre de transactions proche du million et la barre symbolique des 10 000 €/m 2 franchie à Paris 1 : après quatre années consécutives de pleine croissance, le marché immobilier a été impacté par la crise sanitaire.
Si certains acteurs ont mieux résisté que d’autres, cette mise à l’arrêt forcée a prouvé que la digitalisation était aujourd’hui indispensable dans le secteur de l’immobilier. Comment les entreprises non digitalisées ont-elles été impactées par la crise ? Quelles solutions digitales implémenter pour anticiper l’avenir ?

L’immobilier face à la crise du Covid-19

Comme de nombreux secteurs, l’immobilier a été particulièrement touché par la crise liée au Covid-19. Le nombre de transactions bancaires a fortement baissé, les demandes de prêt immobilier ont drastiquement chuté, la faible concurrence des établissements bancaires a entraîné une hausse des taux d’intérêts : le marché, propice à la vente ces dernières années, est freiné par la crise. C’est toute la chaîne immobilière qui s’est instantanément figée. Les entreprises temporairement fermées qui n’étaient pas équipées d’outils de dématérialisation et de digitalisation ont été particulièrement impactées.
Concernant la location, les agences qui ne pratiquaient pas les visites virtuelles ou la signature de baux à distance, ont dû faire face à un chiffre d’affaire extrêmement faible durant les deux mois de confinement. L’impossibilité de répondre aux demandes urgentes a entraîné un manque à gagner. Pour la gestion, l’annulation des AG a exacerbé le coût de l’envoi des documents. A contrario, ceux qui avaient anticipé la digitalisation ont pu rapidement s’adapter, traitant ainsi les demandes entrantes en télétravail, et dégageant du temps pour anticiper l’après.