Cet outil, financé par l’action culturelle de la Sacem, a répertorié pas moins de 4 662 œuvres de 770 compositrices de 60 nationalités, de 1618 à 2020.

Aucun « matrimoine » n’a été transmis

La recherche se fait par nom, titre, instrument, pays ou époque. Parmi les plus anciennes, les Italiennes Francesca Caccini – qui serait la première femme à avoir composé un opéra –, Barbara Strozzi, l’une des premières compositrices professionnelles, ou encore la Française Elisabeth Jacquet de la Guerre. Et la plate-forme compte beaucoup de compositrices issues de pays anglo-saxons, « beaucoup plus avancés dans ce domaine », précise Claire Bodin.

« Depuis notre tendre enfance, on n’entend pas de musique de compositrices, ou si rarement qu’on n’en garde pas la mémoire », affirme Claire Bodin à l’Agence France-Presse (AFP).

https://bit.ly/2EaMOpN